Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Emmaus Changer de regard, une nécessité pour la société ukrainienne et un défi quotidien pour l’association Emmaus, Lviv, Ukraine
Pour aller plus loin
Emmaus
  • вул. Іл. Свєнціцького, 17, м.Львів 79011 УКРАЇНА Ukraine
  • (0322) 40-99-40
  • info@nullemaus.ucu.edu.ua
  • Christina Angles d'Auriac
  • c.anglesdauriac@nullemaus.ucu.edu.ua


Changer de regard, une nécessité pour la société ukrainienne et un défi quotidien pour l’association Emmaus, Lviv, Ukraine

  • Inclusion : Accessibilité
  • Europe : Ukraine
  • Fiche d'expérience

Par Christina Angles d'Auriac le 13/11/2013

L’intégration des personnes handicapées en Ukraine ne serait pas possible sans un changement de regard de la société. La présence dans une famille d'une personne handicapée est encore trop souvent vécue dans la culpabilité. Il faut dire que pendant l’époque soviétique, les personnes handicapées ont toujours été en marge de la société, rejetées dans des hôpitaux psychiatriques ou dans des orphelinats fermés

Contexte 

Depuis l’indépendance en 1991, la situation des personnes avec un handicap mental s’est beaucoup améliorée en Ukraine.

Au début des années 90, des associations de parents sont nées, à Kiev, dans la capitale, et dans d’autres villes comme à Lviv. Elles ont permis que leurs enfants bénéficient d’une éducation spécialisée, puis de lieux d’activités.

Ici à Lviv, à partir de 1998, des ateliers professionnels pour adultes ont vu le jour, au nombre de quatre et un atelier occupationnel devenus L’Arche-Kovcheh en 2008, et un atelier de Caritas.  Par la suite, Caritas a développé ces ateliers au sein de  son réseau dans d’autres villes de l’Ouest (comme à Stryi, Drohobych, Ivano-Frankivsk, etc.).

 

 

Finalités et mission

 

Pour Zénia  Kushpeta, la fondatrice de Foi & Lumière *1[voir note de bas de page] en Ukraine en 1992, puis du centre Emmaus au sein de l’Université Catholique d’Ukraine, l’intégration des personnes handicapées ne serait pas possible sans un changement de regard de la société par rapport à elles. En effet, la personne handicapée était souvent encore vue comme une punition divine pour une faute commise par un ascendant, alcoolique ou drogué par exemple. La superstition aidant, certains pensent même encore que le handicap peut se transmettre par un simple contact avec des personnes handicapées ou des représentations d’elles (brochures, films, etc.).

Il faut dire que pendant l’époque soviétique, les personnes handicapées ont toujours été en marge de la société, rejetées dans des hôpitaux psychiatriques ou dans des orphelinats fermés. On forçait les mères à abandonner leur enfant handicapé car il était présenté uniquement comme un poids. Celles qui refusaient ne recevaient pratiquement aucune aide de l’Etat et n’osaient pas sortir dans la rue avec leur enfant.

Face à cette situation, le centre Emmaus a développé trois missions:

  • sensibiliser la société sur le don et la vocation particulière des personnes ayant un handicap mental ;
  • soutenir les personnes handicapées et  leurs familles ;
  • promouvoir et soutenir des initiatives privées répondant aux besoins des personnes avec un handicap mental.

Les activités de sensibilisation en particulier visent:

  • Les jeunes à l’université, à l’école, dans les établissements professionnels spécialisés et les mouvements de jeunes ;
  • Le grand public, à travers des actions artistiques dans des théâtres ;
  • L’Eglise, les prêtres, à la demande du patriarcat de l’Eglise gréco-catholique. Le nouveau patriarche élu en 2011 a en effet mis une priorité sur les questions sociales.

 

L’action d’Emmaus sur le terrain

 

Les actions de sensibilisation auprès des jeunes et des paroisses

Dans les écoles, nous intervenons durant 45 minutes dans le cadre des cours d’éthique. Une ou plusieurs  employées d’Emmaus se déplacent avec des personnes handicapées et des volontaires de Foi & Lumière ou des assistants de l’Arche-Kovcheh. L’intervention débute par les présentations puis un film très émouvant qui touche les cœurs. Vient ensuite le témoignage des personnes handicapées et des volontaires, ce qui donne lieu à un échange avec la classe.

Nous organisons également ces présentations dans les universités, établissements professionnels spécialisés (comme les écoles d’infirmières) et les paroisses.

Depuis un an maintenant, nous menons des missions de sensibilisation à l’Est du pays qui a été beaucoup plus marqué par l’idéologie soviétique. Pendant une semaine,  nous faisons 2 à 3 présentations par jour pour briser les stéréotypes et  provoquer un changement de regard. Pour beaucoup, c’est un message complètement nouveau. Des mères ont pu entendre que leur enfant est beau et elles en sont très émues.

 

Les actions envers le grand public 

 

A l’occasion des 10 ans d’Emmaus, nous avons fait un grand événement dans un théâtre de Lviv. Face à son succès, nous avons décidé de poursuivre ces actions ‘grand public’ en dehors de Lviv, dans des villes où les stéréotypes envers les personnes handicapées sont plus forts. Lors de ces représentations, un film de sensibilisation succède aux témoignages de mères. L’une d’entre elles, en particulier, a un discours qui fait voler en éclat  toutes les idées reçues. Par ailleurs, un petit spectacle est assuré par notre théâtre intégratif « Rires et larmes » où des jeunes avec et sans handicap mental se produisent sur scène. Pendant l’entracte, les participants peuvent visiter une exposition de photos et des stands d’artisanat réalisé par des personnes handicapées. Ces événements se font en lien étroit avec les associations locales comme Foi & Lumière et Caritas.

 

Sensibilisation au sein de l’Eglise gréco-catholique

 

Nous intervenons également auprès des séminaristes et dans les formations continues des prêtres gréco-catholiques. Les présentations s’articulent autour de trois thématiques : l’une présente la réalité socio-psychologique des personnes handicapées et de leur famille ; une autre, spirituelle, présente la découverte de Jean Vanier sur le don et la vocation particulière des personnes avec un handicap mental ; la troisième porte sur la pastorale avec les personnes handicapées mentales pour favoriser leur intégration au sein de l’Eglise.

Production de matériels

Nous éditons une revue trimestrielle qui est, non seulement un outil de sensibilisation pour la société dans son ensemble, mais également un moyen de soutenir les familles à travers divers témoignages et articles de fond.

Nous traduisons également en ukrainien et diffusons différents livres et films sur la beauté des personnes avec un handicap mental.

 

Soutien psychologique et moral

Pour les familles, nous organisons un ‘café des parents’ ainsi que des journées ou week-ends de soutien pour proches de personnes handicapées (journées ‘frères et sœurs’, ‘pères’, ‘couples’, etc.). Ces rencontres pour pairs en présence de spécialistes sont des occasions uniques pour les proches d’une personne handicapée d’être enfin mis au centre, d’échanger avec d’autres  personnes dans la même situation et de se sentir compris.

Nous offrons également un soutien pastoral aux bénéficiaires et professionnels des centres pour enfants et jeunes IMC et autistes de Lviv (il faut dire que la société ukrainienne est profondément chrétienne).

 

 

Soutien à de nouvelles initiatives en faveur des personnes handicapées

 

En Mars 2013, le centre Emmaus a ouvert un foyer au sein de la nouvelle résidence universitaire de l’Université Catholique d’Ukraine. Jusqu’à 6 adultes avec un handicap mental et 3-4 jeunes assistants y vivent ensemble. Ce foyer a pour but non seulement de favoriser l’intégration des personnes handicapées dans la société **2[voir note de bas de page] mais également de créer du lien entre les étudiants et les personnes handicapées, permettant ainsi de transformer en profondeur les nouvelles générations de professionnels et de décideurs de l’Ukraine.

Le centre Emmaus travaille actuellement à un projet d’intégration des personnes handicapées mentales dans le monde du travail.

 

 

Nos moyens

Au bureau, une équipe de quatre personnes avec des profils différents met en œuvre ces actions.  En ce qui concerne le soutien aux familles, nous travaillons de concert avec des spécialistes extérieurs. Nous avons des partenariats avec la municipalité qui favorise l’ouverture des écoles. C’est un soutien plus moral que matériel.

Sur le plan financier, nous faisons surtout appel à des donneurs occidentaux (les dossiers d’aide publique en Ukraine sont d’une lourdeur bureaucratique telle que nous renonçons à ces subventions).

Enseignements, évaluation

Il est difficile de toujours mesurer les résultats concrets de nos actions. Pour ce qui est de la sensibilisation, nous sommes davantage des semeurs. Nous savons que ces présentations ciblées sont importantes. Les personnes sont souvent touchées, et pas toujours celles que l’on attendait.

Dans des groupes de soutien, les retours sont plus évidents. Les familles partagent souvent leurs difficultés, leur épuisement mais aussi le soutien indispensable que leur apportent ces lieux d’échange.

Une des évolutions attendues est la prise en compte par les autorités des besoins sur tout le territoire : aide matérielle et spécialisée aux familles et aux enfants, soutien aux ateliers occupationnels pour adultes, intégration des personnes dans la société et dans le milieu professionnel ordinaire, etc. C’est toute cette prise en compte que l’Ukraine a besoin d’organiser et de gérer. Espérons que nous sommes sur la voie.

 

Christina Anglès d’Auriac, 2013

 

 

 

*1 : Les communautés Foi & Lumière sont des petits groupes locaux de soutien et de partage entourant les personnes handicapées mentales et leur famille qui se réunissent 1 à 2 fois par mois. Elles se retrouvent également pour des camps de vacances l’été et diverses activités ensemble (retraites, etc.)

**2 : Les adultes handicapés qui ne vivent pas dans leur famille ont pour unique alternative de vivre dans les institutions gériatriques ou les hôpitaux psychiatriques, où ils ne reçoivent aucun soutien à la vie sociale.

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 = ?
Votre réponse: