Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association des enfants de l'Arménie Armenian Children's Association, un centre ouvert sur la danse thérapie et un programme au service des enfants infirmes cérébro-lésés, Yerevan, Arménie
Pour aller plus loin
Association des enfants de l'Arménie
  • 64 apt, 51 Tigran Mets Avenue - Yerevan Arménie
  • (374 10) 57 78 20
  • ch_fund@nullfreenet.am
  • Varuzhan Sedrakyan
  • ch_fund@nullfreenet.am


Armenian Children's Association, un centre ouvert sur la danse thérapie et un programme au service des enfants infirmes cérébro-lésés, Yerevan, Arménie

  • Enfance : Développement, éveil
  • Asie : Arménie
  • Fiche d'expérience

Par Varuzhan Sedrakyan le 08/04/2013

Parmi les services dispensés par notre association auprès des enfants valides et invalides d'Arménie, celui décrit ci-après concerne les enfants cérébro-lésés.

Une association au service de tous les enfants

Notre association a été créée en mars 1998 par la femme de M. Gorbatchev, en Arménie comme dans les autres pays de l’Union Soviétique. En 1990, avec la déclaration d’indépendance, l’ONG soviétique est devenue une ONG arménienne. Et nous menons désormais nos propres projets à destination des enfants valides et non valides. 

Notre principale partenaire actuel est allemand. Un des programmes que nous menons avec leur assistance est l’hospitalisation d’enfants dans des pays d’Europe comme la France, l’Autriche ou l’Allemagne. Nous avons aussi développé un projet destiné aux cérébraux-lésés. Nous utilisons plusieurs système dont le « Bob’art system » : c’est une thérapie à base de massage qui inclut également la thérapie par la danse.

Pour les enfants handicapés qui ne peuvent pas venir ici, nous avons un service à domicile. Ce service est couteux ; aussi, pour le moment il ne fonctionne que pour 10 enfants. Le financement d’une extension est prévu d’ici 2014.

Nous avons aussi un service de réhabilitation pour eux, assuré par des logopèdes.

Hors la lésion cérébrale, nous avons la mucoviscidose, la dystrophie musculaire et quelques enfants atteints de cancers.

 

Notre objectif, permettre des soins adaptés aux enfants cérébro-lésés

Les enfants cérébraux-lésés peuvent avoir de nombreux problèmes, tout dépend de la sévérité de l’atteinte. La paralysie cérébrale affecte toute les fonctions. Elle peut causer des troubles de la vision, de l’ouïe et des troubles mentaux.

S'il peut s'agir d'un accident arrivé au cours de la vie, la cause principale reste le manque d’oxygène à la naissance.

Dans notre pays  il y a peu de centres spécialisés, peu de ressources pour soigner le cérébraux-lésés. Les enfants ne peuvent pas accéder au service à cause de la rareté des  transports et de leurs couts.

 

Notre fonctionnement

Nous procurons ces services gratuitement. Tout a démarré au moment où des médecins allemands ont remarqué que les enfants ne recevaient pas les soins minimum. Nous pouvons intervenir à domicile. Nous accueillons chaque enfant 2 fois par semaine pendant 1 heure nous avons trente enfants par mois.

 

Les moyens dont nous disposons

Nous intervenons surtout avec des psychomotriciens, des logopèdes, des psychologues qui peuvent aussi répondre aux problématiques familiales. Nous avons aussi nos réhabilitologues. Six personnes sont impliquées dans ce programme pour plus de 100 enfants, mais sur place dons nos locaux, nous ne pouvons en accueillir que 10 ou 12.

Notre limite actuelle ce sont les finances ; nous avons la place mais pas les fonds. Le service est payé en partie par les parents. Il y a des groupes qui paient  le service aussi en utilisant les locaux pour la danse ou la location de salles. Les frais administratifs sont payés par des fonds provenant de pays étrangers.

 

Enseignement :

Il y a beaucoup d’enfants qui, grâce aux soins qu’ils ont reçus, marchent aujourd’hui et ne le pouvaient pas avant. Il y a des enfants qui courent même.

Nos spécialistes peuvent intervenir à Yerevan et dans les villes alentours. Dans certains cas les parents viennent de plus loin parce qu’on leur a donné notre adresse comme étant celle d’un centre de soins gratuits.

Ce service est reconnu comme un service important mais malheureusement il ne touche que trop peu d’enfants. Le pays est en crise, l’Etat n’a pas d’argent. En Europe, je sais que jusqu’à 14 ans, les services sont gratuits, ici c’est en principe jusqu’à 7 ans. Mais en réalité il n’y a pas d’allocations versées. Un autre centre  s’est ouvert à Gyoumi, mais il est naissant. Il faudrait trente services comme le nôtre pour couvrir tous les besoins.

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: