Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil L'usage des psychotropes en établissements et services médico-sociaux, témoignage de M. Ennio Cocco, médecin psychiatre


L'usage des psychotropes en établissements et services médico-sociaux, témoignage de M. Ennio Cocco, médecin psychiatre

  • Santé : Santé mentale
  • Europe : France
  • Témoignage

Par Ennio Cocco le 04/04/2011

 

 

 

J’interviens dans quatre établissements de l’A.D.A.P.E.I. 01 (Ain) comme médecin salarié. Il s’agit d’une M.A.S. (0,10 ETP), d’un E.S.A.T. (0,05 ETP) et de deux Foyers de vie (0,05 ETP).  

J’interviens également dans un foyer de vie de l’A.P.E.I. dans le 74 (Haute Savoie), comme médecin libéral.

 

J’essaie de répondre aux difficultés des usagers, notamment psychiques, telles que l’institution me les présente, sur un mode plutôt ponctuel mais aussi, des fois, en introduisant des suivis.

 

La population concernée souffre d’un handicap mental, d’un handicap psychique (sic) ou de poly-handicap.  

 

En quoi consiste votre activité de psychiatre au sein d’établissements médico-sociaux?

 

Très bonne question. Comme je l’ai déjà dit, mon activité se déroule en fonction de la “demande institutionnelle”. Dans la plupart des cas, on me demande d’intervenir pour “régler”  une symptomatologie  psychiatrique  et/ou comportementale donnée. Plus rarement, on me demande de m’associer aux professionnels du paramédical et/ou de l’éducatif (ceci selon l’orientation théorico-pratique des gestionnaires) pour réfléchir à certaines prises en charge qui posent problème au niveau institutionnel.

 

En tous cas je tiens à souligner que je ne suis interpellé que pour des situations qui  “vont mal”, c’est un biais bien connu d’ailleurs en psychiatrie de liaison, il suffit de penser à la psycho-gériatrie.

 

Avec qui travaillez-vous ? quels moyens vous sont fournis (humains, matériels, financiers) ?

 

Normalement il y a une infirmière diplômée (et/ou une aide/soignante) qui met en suspens  ses tâches ordinaires pour assister le psychiatre lors de ses interventions. 

 

Je suis rémunéré lors de mes interventions, selon les échelons contractuels et la tarification prévue par l’Etat Français.

 

Définition des psychotropes et raisons de leur utilisation

 

 

Les psychotropes sont des médicaments agissant sur le cerveau (pas les seuls, évidemment). Leur utilisation permet de soulager une souffrance psychique et corriger et/ou normaliser un trouble du comportement.

 

Ils sont administrés, comme pour tout médicament, par la voie orale et par la voie parentérale (injection). 

 

 

Depuis quand les utilise-t-on dans les établissements et services médico-sociaux ?

 

Je ne suis pas un historien de la médecine, mais je suppose que ces médicaments ont toujours été utilisés dans ces établissements.

 

 

Quels sont leurs effets ?

 

 Au niveau des effets thérapeutiques, surtout trois: soulagement de l’angoisse, apaisement des troubles du comportement, amélioration de l’humeur (du “moral”). Un quatrième effet, beaucoup plus rare dans le handicap mental, concerne l’amélioration des troubles de la perception, délire et hallucination notamment.

Au niveau des effets secondaires, la liste serait longue: les anglo-saxons, d’une manière tout à fait caricaturale, disent qu’un médicament, ce n’est qu’un poison qui amène parfois des effets secondaires thérapeutiques…

 

Les personnes handicapées ne sont-elles pas réticentes à ce genre de traitement?

 

Difficile à dire, surtout s’il n’y a pas d’accès au verbal, en tous cas probablement souvent oui, comme c’est d’ailleurs  le cas pour les patients non-handicapés.

 

  

Selon vous, l’administration de psychotropes est-elle une bonne chose , ou au contraire êtes-vous favorable à une réduction de leur consommation ?

 

Je suis favorable aux pratiques de bonne qualité au niveau de la prescription et de l’administration de ces médicaments.

 

A ce sujet, je suis en train d’élaborer un projet de pharmacovigilance, les professionnels du médico-social qui souhaiteraient collaborer peuvent me contacter à ces deux adresses e-mail :

 

ennio.cocco@adapei01.asso.fr

enniofranco.cocco@orange.fr

 

 

Pourriez- vous évoquer une expérience auprès d’une personne handicapée en particulier ?

 

Je préfère évoquer le cas d’un résident trisomique âgé (cas que j’ai publié d’ailleurs) qui faisait des états confusionnels à répétition sous un médicament pour l’estomac (agissant aussi sur le cerveau). Le résident s’est vite amélioré après l’arrêt du médicament (un inhibiteur de la pompe à protons).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 = ?
Votre réponse: