Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Handident Les soins buccodentaires au service de la personne en situation de handicap, France
Pour aller plus loin
Handident
  • Centre Marc Sautelet, 10 rue du petit boulevard – BP 20127 59653 VILLENEUVE D'ASCQ Cedex France
  • 03.28.80.07.86
  • contact@nullhandident.com
  • Mme Gueroumi
  • handident@nullgmail.com


Les soins buccodentaires au service de la personne en situation de handicap, France

  • Santé : Santé au quotidien
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Mme Gueroumi le 24/09/2010

L'association HANDIDENT, située dans la région Nord Pas de Calais, gère le réseau au service de l'accès à la santé buccodentaire des personnes en situation de handicap.


Résumé: L'association Handident a pour but de faciliter l'accès à la santé buccodentaire des personnes en situation de handicap.


Le contexte

 

L’association HANDIDENT, située dans la région Nord Pas de Calais, gère le réseau au service de l’accès à la santé buccodentaire des personnes en situation de handicap.

 

Le réseau Handident comprend aussi bien les praticiens libéraux qui ont signé la charte du réseau et s’engagent à respecter ses valeurs, ainsi que les établissements et services du secteur médico-social accueillant des enfants et adultes en situation de handicap quelque soit la déficience, et des unités de santé orale spécifiques (dont la définition sera donnée ci-dessous) en partenariat avec des établissements hospitaliers. L’association Handident coordonne  tous ces professionnels.

 

Le projet concerne l’ensemble des personnes en situation de handicap, enfants et adultes. Toutes les déficiences sont concernées : cognitive, intellectuelle, motrice, sensorielle, avec ou sans troubles associés, polyhandicapés… Il n’était pas imaginable d’exclure certaines personnes.

 

Les finalités

 

Actuellement les soins buccodentaires, bien que primaires et courants, sont difficiles d’accès à la population en situation de handicap pour des raisons complexes et diverses. Au niveau de la région Nord Pas de Calais, L’Association des Paralysés de France « a tiré la sonnette d’alarme » et attiré l’attention du Conseil de l’ordre des chirurgiens dentistes sur ce problème. Des enquêtes, menées auprès d’établissements accueillant des personnes handicapées et de praticiens, ont permis de démontrer qu’il existait un hiatus entre l’offre et les besoins. Toute la dynamique de création de l’association est partie de ce constat.

 

L’association Handident a donc trois objectifs :

 

-          faciliter l’accès aux soins

-          développer la prévention buccodentaire

-          améliorer l’offre de soins

 

 

Le déroulement

 

Dans un premier temps les soins sont réalisés auprès de praticiens libéraux, en effet il est souhaitable que la personne en situation de handicap, quelque soit sa déficience ou ses difficultés, puisse aller se soigner dans le cabinet libéral le plus proche de chez elle.

 

Cependant dans certains cas les soignants et les soignés se retrouvent confrontés aux limites d’une prise en charge dans le cadre d’une activité libérale car il existe de nombreux aménagements à effectuer pour permettre cette prise en charge adaptée :

 

-          l’accueil et l’accessibilité architecturale,

-          une salle de soin suffisamment spacieuse pour accueillir les personnes en fauteuil roulant, et alités

-          des techniques de soins appropriées pour préparer l’accès aux actes de dentisterie propre,

-          le temps nécessaire pour l’installation de la personne, pour être à son écoute.

 

Ces aménagements demandent du temps et des efforts de la part du praticien. Or ces adaptations ne sont ni reconnues, ni valorisées. La cotation des actes n’est donc pas adaptée en ce sens.

 

Aux côtés des cabinets libéraux se trouve le secteur hospitalier dans lequel les patients sont soignés sous anesthésie générale qui nécessite une lourde organisation en matériel, en personnel. De plus ces créneaux de soins odontologiques n’existent pas partout et il faut rechercher là où il y a des possibilités ce qui limite l’accès aux soins et allonge considérablement les délais.

 

Dans le cadre du réseau une réflexion a donc été menée sur l’amélioration de l’offre de soins. La solution : construire une alternative entre le soin classique en cabinet libéral et les soins sous anesthésie générale.

A ce titre ont été créées les « unités santé orale spécifiques » qui sont des espaces aménagés utilisant les techniques de la sédation consciente pour soigner au fauteuil et à l’état vigile le plus grand nombre de patients. Elles disposent de temps, de techniques, de matériels, de moyens spécifiques. Les praticiens qui y travaillent ont été formés pour utiliser ces techniques.

 

En résumé l’articulation des trois modes s’organise comme suit :

 

Première intention à cabinet libéral

Si difficulté ou échec à unité de santé orale spécifique (techniques de la sédation consciente)  

Si encore échec  à orientation vers l’anesthésie générale.

 

La coordination du réseau veut faire en sorte qu’un plus grand nombre de patients soient soignés à l’état vigile et conscient, la Haute Autorité de Santé a fait des préconisations en ce sens dans son rapport de 2005 ; cependant il est parfois nécessaire de commencer par l’anesthésie générale afin d’assainir le bouche du patient.

 

Si le soin est nécessaire il n’est pas suffisant. Il faut donc également développer l’aspect prévention de l’hygiène buccodentaire afin de conserver les soins en bouche. Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir aller régulièrement se faire contrôler.

 

Les moyens

 

Personnels : Le réseau comprend aujourd’hui 201 établissements et services du secteur médicosocial, 121 praticiens libéraux, 3 établissements hospitaliers. Les activités de coordination et de prévention regroupent un certain nombre de personnes qui sont plus impliquées, le degré d’engagement dans le réseau est laissé à l’appréciation discrétionnaire de ses membres.

 

La gestion et la coordination du réseau mobilisent :

-          trois postes de salariés à plein temps,

-          une vingtaine de chirurgien dentistes, qui en plus de soigner dans leur cabinet libéral, s’impliquent dans les différentes réunions de réflexion par territoire

-          plus d’une cinquantaine de référents des établissements et services qui assistent régulièrement aux réunions.

Ces réunions des conseils locaux, au nombre de 11, sont un temps important de concertation et d’échange. Y sont discutées les besoins des personnes accompagnées et la façon dont les chirurgiens dentistes pourraient y répondre dans la proximité du territoire.

 

Financiers : Ce sont le Fonds d’Intervention pour la Qualité et la Coordination des Soins, la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (aujourd’hui regroupées au sein de l’Agence Régionale de Santé) qui financent l’association Handident. Pour les actions plus locales sur des territoires bien identifiés les Caisses Primaires d’Assurance Maladie  apportent également leur concours.

 

Cependant ces financements ne sont pas pérennes, chaque année il faut redemander des financements. De ce fait le pilotage du projet se fait à très court terme, alors que nous avons besoin d’une vision et d’une projection à long terme.

 

Evaluation

 

Les limites : L’association Handident concoure à un effort de santé publique par le fait d’améliorer l’accès aux soins et à la prévention. Elle espère être reconnue à ce titre par les instances territoriales pour que ces dernières continuent à lui donner les moyens d’évoluer. Pour l’instant la grande limite reste donc le manque de pérennité dans les financements qui freinent considérablement la capacité de l’association à répondre aux besoins des professionnels et des familles.  

 

Une autre limite spécifique à la région Nord pas de calais peut être soulignée. Cette région est déficitaire en démographie professionnelle, il n’y a pas suffisamment de dentistes libéraux pour répondre aux besoins de soins de la population. L’association HANDIDENT demande à ces     chirurgiens-dentistes un effort supplémentaire malgré cette insuffisance, ce qui rend le travail d’autant plus compliqué.

A côté la création des unités de santé orale spécifique vient pallier ce manque.


Enfin il est important de noter la nécessité de faire évoluer l’axe éducationnel, de prévention. Ce travail est initié par les membres de l’association HANDIDENT mais doit être poursuivi sur la durée.

 

Il faut donc avoir les moyens pour continuer à capitaliser et faire en sorte que les professionnels, les familles, les aidants et les personnes handicapées (quand elles ont suffisamment d’autonomie) changent de regard sur l’intérêt de l’hygiène buccodentaire. Il faut que celle-ci s’inscrive petit à petit dans une démarche globale de santé de la personne et faire comprendre aux usagers concernées et aux aidants, que l’accès à une meilleure qualité de la vie, au bien-être, à la santé, passe également par la prise en compte d’une bonne santé buccodentaire, l’enjeu est capitale. Cette affirmation est valable pour tout individu, mais a encore plus d’incidence pour une population fragilisée.

 

Les satisfactions : Aujourd’hui le réseau HANDIDENT arrive à répondre à des besoins qui n’étaient pas satisfaits auparavant. L’association a mis en place un système d’accueil téléphonique quotidien pendant lequel les besoins sont évalués, les difficultés cernées. Puis la personne est orientée vers, le professionnel le plus adapté. Parfois, ce n’est malheureusement pas possible car certains territoires ne sont pas suffisamment étoffés. Ce problème est celui qui reste à résoudre dans les années à venir.

 

Une autre satisfaction est celle du travail accompli au sein des établissements avec les équipes sur leur sensibilisation au fait que l’hygiène buccodentaire impacte la santé générale, un impact sur la qualité de vie de la personne en situation de handicap. En entamant un questionnement par la qualité de l’hygiène buccodentaire cela entraîne une réflexion sur la qualité de vie de la personne. Sur ce terrain l’association progresse réellement. On constate que les équipes bougent, que des réflexions sont mises en place. Le but est que cette hygiène buccodentaire puisse être considérée comme une tâche de l’hygiène au quotidien. De nombreux projets internes aux établissements sont mis en place et même s’il est encore trop tôt pour les évaluer, la prise d’initiative est déjà une chose très importante.

 

Pour davantage d’informations rendez-vous sur le site internet d’HANDIDENT : http://www.handident.com/

 

 

Un exemple

 

Patrick est usager d’un des établissements du réseau de l’association HANDIDENT. C’est une personne à mobilité réduite, atteint d’une neuropathie, qui était en situation d’édentation totale, à l’exception d’une dent. Il a participé à des ateliers de prévention buccodentaire que l’association organise.

 

Lors de ces ateliers la parole est donnée aux uns et aux autres. Différents sujets sont abordés : le rôle des dents dans les situations de la vie courante pour l’alimentation, la mastication, la phonation, le relationnel, pour se faire comprendre, s’exprimer ; le rôle des dents dans le sourire, pour favoriser l’estime de soi, par son image dans le miroir….

 

Patrick a demandé alors à être orienté vers un chirurgien dentiste et en raison de sa mobilité réduite il a fallu chercher un cabinet accessible pour lui. C’est une consœur du réseau qui l’a pris en charge avec un traitement prothétique pour pouvoir restaurer toute la perte de dents, elle lui a réalisé un appareil haut et bas.

 

9 mois après les premiers ateliers, le groupe a été à nouveau réuni pour faire le bilan de toutes les décisions résultant de l’intervention initiale : Patrick était agréablement méconnaissable ! Il a fait un témoignage très poignant sur son vécu « j’ai eu précédemment deux appareils que je n’ai pas pu garder en bouche car on n’a pas pris le temps de m’expliquer pourquoi c’était important. Les explications m’ont permis de me rendre compte de l’impact des dents sur la vie quotidienne. J’ai appris à sourire de nouveau » Il fallait donc l’accompagner et lui expliquer avec des mots simples les phénomènes physiologiques et fonctionnels, l’importance d’une phase d’apprentissage pour accepter l’appareil. Avant cet appareil Patrick mangeait comme il pouvait, maintenant il y prend du plaisir, il a pris du poids, et a un sourire magnifique. Grâce à ce changement Patrick a repris confiance en lui, se brosse les dents 2 fois par jour, cela lui a permis d’entrer dans une phase de projection pour son projet personnel et de vie, alors qu’avant cela il était dans une phase de résignation.

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: