Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Centre de Formation d'Apprentis Relais (CFAR) Avenir Pro 62 Suivre une formation qualifiante dans un centre de formation d'apprentis relais grâce à un dispositif développé par l'association Avenir Pro 62, Pas de Calais, France.
Pour aller plus loin
Centre de Formation d'Apprentis Relais (CFAR) Avenir Pro 62
  • 174 Avenue de l'hippodrome 62000 Arras France
  • 03 21 71 17 50
  • cfar-avenirpro62@nullcfar-avenirpro62.fr
  • Laurent Bossu
  • lbossu@nullcfar-avenirpro62.fr


Suivre une formation qualifiante dans un centre de formation d'apprentis relais grâce à un dispositif développé par l'association Avenir Pro 62, Pas de Calais, France.

  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Laurent Bossu le 20/05/2011

Avenir pro 62 accueille tous les handicaps, sortant d'établissements spécialisés depuis moins d'un an. Il s'agit d'assurer à la fois un réel accompagnement vers la qualification ...



Contexte

 

L’association Avenir Pro 62 est l’émanation d’un groupement d’organismes gestionnaires d’établissements spécialisés, situés dans le Pas-de-Calais.

 

Avant la création d’Avenir Pro 62, tous s’étaient retrouvés confrontés à la même problématique : de jeunes adultes sortaient des établissements spécialisés et étaient orientés vers le milieu ordinaire, sans  qu’il existe un dispositif ou une structure spécifique permettant de les accompagner dans cette orientation. Les familles et les jeunes avaient ainsi le sentiment d’être abandonnés.

 

L’association s’est alors inspirée d’une expérience mise en place en Bretagne. A l’origine, elle souhaitait créer un CFA spécialisé, mais il existait déjà un tel dispositif dans la région. Le Conseil Régional a donc invité l’association à créer un CFA relais hors murs, ne proposant pas aux jeunes de les accueillir physiquement, mais de les inclure dans un CFA de droit commun, avec lequel une convention est signée et sont mises en place des adaptations pédagogiques afin de faciliter le parcours du jeune vers la qualification.

 

Le Conseil d’Administration d’Avenir Pro 62 est composé des plus importantes associations présentes dans le département. Des représentants du MEDEF, de CAP EMPLOI, de la CGPME ainsi que de la Chambre des Métiers sont également présents.

 

Finalité

 

Le Conseil d’administration, conscient de la fragilité de la population accueillie, a souhaité développer un accompagnement péri-professionnel pour éviter qu’une situation problématique ne puise venir impacter sur la situation de travail. Le CFA Relais a donc obtenu le soutien de la DDASS, qui leur a octroyé un crédit ponctuel afin d’embaucher un éducateur spécialisé. Ce dernier accompagne les jeunes dans des domaines bien spécifiques tels que la gestion budgétaire, l’autonomie (transport, recherche de logement) les démarches administratives, le lien avec maisons de solidarité (lorsque le jeune relève de l’aide sociale à l’enfance ou est sous contrat jeune majeur), la constitution des demandes de protection des majeurs (lorsque qu’une mesure de curatelle est nécessaire).

 

Avenir pro 62 accueille tous les handicaps, sortant d’établissements spécialisés depuis moins d’un an. Il s’agit d’assurer à la fois un réel accompagnement vers la qualification et la professionnalisation, et un accompagnement sur le projet de vie du jeune en situation de handicap.

 

Pour être suivi par ce dispositif, le jeune doit remplir certains critères :

 

·         bénéficier de la reconnaissance de travailleur handicapé,

·         avoir un contrat de travail.

 

Le CFA relais n’a pas à démarcher les entreprises, c’est le rôle de l’établissement spécialisé d’origine. Actuellement, 62 jeunes sont suivis par le CFA Relais, tous âgés de 18 à 20 ans.

 

Mise en œuvre

 

 

Le contrat s’écoule systématiquement sur 3 ans. Lors que le jeune est sur le point de signer un contrat, son établissement d’origine prend contact avec Avenir Pro 62 : une procédure dite de « positionnement » débute, c’est-à-dire qu’une rencontre avec l’équipe de l’IME est organisée, afin de prendre connaissance du jeune et de pouvoir anticiper sur l’accompagnement à mettre en place.

 

Vient ensuite la phase de suivi, obligatoire. Le premier entretien consiste en une concertation entre l’employeur, le jeune et le CFA, à  la suite duquel est mis en place l’accompagnement spécifique. L’équipe du CFA Relais va rencontrer les formateurs, et les sensibiliser à la notion de handicap. Il s’agit d’accompagner l’équipe des formateurs sur la déficience et travailler à la mise en place d’outils spécifiques. Le travail avec le CFA consiste également à mettre en place un dispositif de soutien individuel (100 heures par année de formation).

 

 

On regarde comment le jeune se comporte, s’il éprouve quelques difficultés. Le cas échéant, le CFA Relais travaille à y remédier, soit par un programme de soutien individuel soit par un accompagnement psychologique, l’administration de soins, ou un travail avec l’éducateur spécialisé.

 

Des visites en entreprises sont organisées afin d’avoir une information claire sur le handicap, les difficultés rencontrées par le jeune. A titre d’exemple, dans le cas d’un handicap sensoriel ou physique, le CFA Relais va accompagner l’entreprise dans sa démarche d’adaptation du poste de travail. Ainsi, un jeune déficient visuel, en bac pro maçonnerie, s’est vu proposer des outils adaptés.

 

 

Le CFA Relais gère le montage des dossiers pour les aménagements d’examens dont bénéficient les jeunes. Lorsqu’il y a rupture de contrat ou fin de contrat, ou lorsque le jeune n’obtient pas son diplôme, le CFA Relais lui proposera soit une réorientation professionnelle, soit une recherche d’emploi en collaboration avec CAP emploi : il s’agira en l’espèce d’un accompagnement à l’entretien, de la mise en place d’une démarche de  concertation, de sollicitation d’entreprise.

 

L’éducateur spécialisé effectue un accompagnement personnel, en fonction du projet du jeune. L’éducateur peut avoir affaire à une famille trop présente avec laquelle il s’agira de couper le cordon et laisser le jeune être autonome, accéder à son indépendance. Mais le jeune peut également se trouver en grande difficulté sociale. Dans ce cas, l’éducateur l’aidera à accéder à un logement, à s’inscrire dans un foyer de jeunes travailleurs. Il l’accompagnera dans toutes les démarches administratives, dans la gestion de son budget (et entreprendre une mesure de curatelle si le jeune en est incapable),  il pourra aussi solliciter un contrat jeune majeur. Il est ici question d’un accompagnement individualisé.

 

Moyens

 

  • Au plan humain : Le CFA relais dispose de 2 chargés de relations (partie professionnelle) et d’un chargé de mission (projet personnel). A l’heure actuelle, le CFA peut clairement observer une augmentation du nombre d’entrées et de signatures de contrats. Ayant vocation à se développer dans le département du Nord, la question de la hausse des effectifs se pose de façon évidente.

 

  • Au plan financier : La taxe d’apprentissage est la source première de financement du CFA. Etant donné qu’il reste une structure de petite taille, assurant le suivi d’un nombre restreint d’apprentis, l’acquisition de la taxe d’apprentissage est rendue plus difficile. Le Conseil régional complète ce financement.

 

  • Au plan matériel : Le CFA dispose d’une antenne au sein d’un IME à Arras et d’une antenne au sein d’un CFA à Boulogne-sur-Mer. Cette organisation territoriale doit permettre une optimisation du suivi maximale.

 

 

Evaluation

 

 

L’équipe du CFA Relais est chaque jour confrontée à une nouvelle difficulté. Cela peut consister en une démobilisation du jeune au CFA en raison de problèmes d’acquisition de connaissances, mais il peut également être question de situations personnelles très compliquées. Il faut en effet faire face à une population en situation de grande précarité.

 

A titre d’exemple, un jeune, qui était en conflit permanent avec sa famille d’accueil, souhaitait quitter cette dernière. Le CFA Relais l’a accompagné dans sa recherche de logement, a fait fonctionner le fonds social d’urgence afin de lui fournir une avance sur caution. Mais celui-ci mettait son contrat  d’apprentissage en boulangerie en danger de par son comportement. Il n’arrivait plus à se lever à l’heure en raison des nombreuses sorties qu’il effectuait.

 

Le CFA Relais doit accompagner le jeune dans l’utilisation de son argent, (par exemple la prime d’insertion de 1500 euros) et inciter le jeune, tout en lui laissant sa liberté, à ne pas effectuer d’achat inutile qu’il pourrait regretter par la suite. Au lieu d’acheter un écran plat, le jeune sera invité à utiliser cet argent à des fins utiles telles qu’investir dans un scooter ou dans l’obtention du permis de conduire.

 

Le CFA Relais peut être confronté à des problèmes particuliers, tels que le travail au noir. De jeunes apprentis, devenus pères, ont éprouvé de réelles difficultés pour s’occuper de leur foyer. Effectivement, un salaire d’apprentis est souvent insuffisant pour subvenir aux besoins d’une famille. Le CFA les a donc accompagnés dans la sollicitation des aides nécessaires. Il s’agissait de sécuriser leur parcours et de les empêcher de recourir au travail au noir.

 

Le taux de réussite aux examens est de  70% depuis 2 ans, ce qui prouve l’efficacité du dispositif. Sur les 11 jeunes sortis du dispositif en 2010, 6 ont eu leur diplôme. Sur ces 6 diplômés, 2 ont trouvé un CDD et 2 sont en contrat d’apprentissage avec un niveau de qualification supérieur. Les 2 autres n’ont pas eu de contrat en raison d’un déménagement et d’une inadéquation avec l’entreprise.

 

En outre, voir certains jeunes revenir quelques années après leur passage au CFA Relais, en possession d’un CDI, d’une voiture et d’un logement fait extrêmement plaisir.

 

 

Langue d'origine : Français
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: