Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER La Résidence Accueil, une structure permettant d'assurer l'hébergement et l'accompagnement des personnes en situation de handicap psychique, Fondation des Amis de l'Atelier, France.
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • Marlène Bertin Gil
  • m.bertingil@nulllesamisdelatelier.org


La Résidence Accueil, une structure permettant d'assurer l'hébergement et l'accompagnement des personnes en situation de handicap psychique, Fondation des Amis de l'Atelier, France.

  • Résidentiel : Accompagnement
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Marlène Bertin Gil le 09/05/2011

La résidence accueil a pour objectif d'assurer l'hébergement et l'accompagnement de personnes en situation de handicap psychique.


Contexte

 

Le concept de résidence accueil trouve son origine dans un constat partagé par plusieurs acteurs :

 

- D’une part, les services de psychiatrie, qui n’arrivaient plus à orienter leurs patients stabilisés vers de l’hébergement durable.

 

- D’autre part, les patients / usagers qui n’arrivaient pas à se maintenir dans un appartement en ville souvent à cause de leur isolement.

 

- Enfin, le SAVS, qui n’arrivait pas à développer l’autonomie des personnes prises en charge dans leurs familles.

 

A la même époque, l’UNAFAM se posait la question du devenir des enfants, et souhaitait que ces derniers puissent bénéficier d’un appartement ainsi que d’un accompagnement leur procurant à la fois autonomie et protection.

 

Cette congruence dans les constats de ces divers partenaires de travail a ainsi permis de donner naissance au projet et de répondre en grande partie à l’impasse dans laquelle les personnes se trouvaient.

 

Au fil des années, les textes relatifs à ce type de dispositif ont évolué. En 1998, les pensions de familles ont pu voir leur existence légalisée, puis ce fut en 2002 le tour des Maisons Relais. En 2006,  l’expérimentation des Résidences accueil a été autorisée.

 

Ces trois dispositifs se révèlent en réalité assez semblables puisqu’ils ont cette particularité d’être une modalité de résidence sociale. Ils disposent de financements similaires et ouvrent un droit à l’APL. Les Amis de l’Atelier ont été pionniers car ce projet de Maison Relais a débuté avant la publication de la circulaire de 2002, l’ouverture datant de septembre 2003.

 

Les textes se révèlent cependant assez contradictoires. S’il s’agissait en 2002 de prévoir un logement pour les personnes en situation d’exclusion sociale, rien n’avait été spécifié concernant la typologie des personnes accueillies. Seule la précarité sociale semblait être un critère de sélection.

 

En 2005, une note d’information de la DGAS (Direction Générale des Affaires Sociales) précisait que les Maisons Relais ne pouvaient pas être destinées à une seule catégorie de personnes et qu’elles s’adressaient au contraire à un public varié.

 

L’UNAFAM, considérant que le dispositif mis en œuvre par les Amis de l’Atelier répondait véritablement aux problématiques des personnes en situation de handicap psychique,  a beaucoup insisté auprès de la DGAS pour que ce type de maisons soit toléré et reconnu.

 

Ainsi, en 2006, une nouvelle note d’information de la DGAS autorisait l’expérimentation des résidences d’accueil, dans lesquelles il devenait tout à fait envisageable de dédier la structure à une population spécifique et de renforcer l’accompagnement par un SAVS ou un SAMSAH. Suite à l’expérimentation et après un nombre considérable d’allers-retours, ce dispositif fut labellisé.

 

Finalité

 

La résidence accueil a pour objectif d’assurer l’hébergement et l’accompagnement de personnes en situation de handicap psychique.

 

Actuellement 31 personnes sont accueillies, deux tiers d’hommes et un tiers de femmes, d’une moyenne d’âge de 40 ans. 1/3 de la population a une activité de type ESAT, d’autres ont des activités thérapeutiques de jour, mais la plupart, compte tenu de leurs difficultés psychiques ont du mal à se maintenir durablement dans une activité. Leur vie est rythmée différemment : voir des amis, sortir, faire de la musique,  l’important étant que la personne ne s’enferme pas à la résidence. Le parcours des personnes hébergées a été souvent marqué par une relation au monde social difficile : successions d’échec, retrait, hospitalisations très longues. La résidence convient bien pour les personnes qui ont fait d’autres expériences d’hébergement mais une relative stabilité de leur état psychique est nécessaire, le soin précède l’accompagnement social.

 

La résidence dispose de 31 studios de 25 m², non meublés mais disposant d’une kitchenette équipée, d’une salle de bains et de placards. Les personnes sont locataires du studio et doivent le meubler. Elles ont également accès à des espaces de convivialité : salon collectif avec buanderie, salle à manger (pour recevoir des amis, se retrouver avec voisins, regarder la télé). La circulaire affirme bien qu’il doit s’agir «  de petits espaces de convivialité », permettant ainsi l’alternance de l’individuel et du collectif.

 

Pour assurer son fonctionnement, la résidence bénéficie d’aides à la construction, de prêts aidés, ainsi que de subventions en provenance de la DDASS, s’élevant à 16 euros par jour et par personne.

 

 

L’accompagnement

 

 

Au sein de la résidence, deux référents assurent un rôle de veille, d’animation et de régulation de la vie collective. Si les personnes en situation de handicap psychique redoutent toute forme d’intrusion, elles aiment cependant pouvoir être écoutées, trouver un soutien quand cela ne va pas. Ils doivent s’assurer du respect du règlement intérieur, désamorcer les éventuels conflits.

 

Les deux référents, appelés aussi maitre et maitresse de maison, ont chacun un rôle spécifique.

 

  • Le maître de maison sera plus centré sur la technique, l’aide à l’installation. Ses interventions permettent d’éviter la montée d’angoisse liée aux problèmes matériels : un évier bouché, un radiateur qui fonctionne mal peut « envahir » la personne. La réponse même différée diminue considérablement l’anxiété. Le maître de maison est également présent assez tôt le matin pour proposer un café aux personnes partant travailler. Elles apprécient s’asseoir, parler un peu avant de partir au travail.

 

  • La maîtresse de maison assure un lien avec les locataires, peut les aider dans l’organisation de leur vie quotidienne, propose des accompagnements courses, ménage. Elle anime également les espaces collectifs.

 

L’accompagnement individualisé des résidents est assuré par les éducateurs du SAVS/SAMSAH, situé sur une commune de proximité : ils interviennent dans la cadre du suivi éducatif ou médical (accompagnement aux soins, coordination avec les partenaires, démarches, recherche d’activités, organisation de son temps, gestion budgétaire).

 

Le lien entre les référents maison relais et l’équipe médico-éducative est extrêmement important pour maintenir une cohérence d’intervention. Par ailleurs ce type de structure nécessite de définir les modalités de travail avec les services de psychiatrie à travers une convention.

 

 

Evaluation

 

Des difficultés peuvent surgir de temps à autre : difficulté de gérer sa relation à l’autre, respecter un rythme de vie (jour/nuit), déni des problèmes, refus d’accompagnement. Même si la personne n’est plus en capacité de rester dans ce lieu de grande autonomie, elle demeure titulaire de son bail, il faut donc négocier avec la personne et surtout pouvoir compter sur la collaboration des services de psychiatrie.

 

Mais la maison relais remplit bien sa mission : l’an dernier, sept personnes ont quitté la résidence et cinq d’entre elles se sont dirigées vers un logement social en ville, prouvant leur capacité à réinvestir un logement. La résidence répond bien au besoin du handicap psychique, en respectant la liberté et l’intimité des personnes, tout en les empêchant de s’isoler. Il existe de plus une véritable solidarité entre les résidents, un sentiment d’appartenance fort, même si tout le monde ne s’apprécie pas forcément. La résidence d’accueil est une expérience positive pour la majorité d’entre eux.

 

Toutefois il ne suffit pas d’offrir un logement à une personne pour que ses difficultés disparaissent et c’est l’intérêt de la résidence accueil : ajouter à un dispositif de logement les moyens liés à un service d’accompagnement.

 

 

 

Langue d'origine : Français
dodin patricia
24/10/2014 23:34
où peut on trouver la liste complète des résidences accueilsmerci
Handiplanet
27/10/2014 16:29
Voici le lien de la liste compléte des établissements de la Fondation: http://www.fondation-amisde[…]r.org/établissements
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: