Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Arcenciel Le ‘renforcement positif’, comme méthode appliquée dans les classes spécialisées de l’association arcenciel, Taanayel, Liban
Pour aller plus loin
Arcenciel
  • Rue John Kennedy, Jisr el Bacha, Sin el Fil (BP 16) 5216 Beyrouth Liban
  • +961 1 495561.5
  • aec@nullarcenciel.org
  • Nadim Abdo
  • nadim.abdo@nullarcenciel.org


Le ‘renforcement positif’, comme méthode appliquée dans les classes spécialisées de l’association arcenciel, Taanayel, Liban

  • Enfance : Éducation spécialisée
  • Asie : Liban
  • Fiche d'expérience

Par Nadim Abdo le 11/06/2018

A arcenciel, le renforcement positif fait partie de la culture. Notre association fondée en pleine guerre du Liban en 1985 a depuis soutenu, accompagné de cette manière et avec ce regard de nombreuses familles et personnes touchées par les séquelles de la guerre, de l'exclusion , de la différence.

 

  1. Le contexte

 

Le centre arcenciel se situe à Tanayel dans la plaine de la Bekaa. Il a été créé en 2004 par l’association arcenciel né en 1985 en pleine guerre civile. Elle s’est donné alors pour mission de participer au développement durable de la société en soutenant les communautés vulnérables et en intégrant les personnes marginalisées sans distinction aucune.

L’action auprès des enfants handicapés est une des actions que mène l’organisation arcenciel, parmi lesquels d’autres sont tournées vers l’environnement et l’agriculture durable, vers la mobilité et la santé, vers le tourisme responsable ou l’accompagnement de la jeunesse.   

 

L’école spécialisée de Tanayel accueille 88 enfants dans 12 classes avec une moyenne d’âge de 7 ans, répartis entre l’autisme, le retard mental, la motricité réduite et l’infirmité motrice cérébrale.

 

 

  1. L’ouverture d’un centre dans la plaine de la Bekâa

 

 

Le programme destiné aux enfants handicapés qui comporte une garderie et une école a été ouvert dans la plaine de la Bekâa, car il y est constaté un fort taux de naissance de bébés avec retard mental à cause de mariages inter sanguins.

Nous avons d’emblée axé notre travail autour du renforcement positif des capacités de l’enfant car c’est pour nous l’unique moyen d’encourager la personne à développer ses capacités

Notre objectif avec cette approche est d’assurer la réintégration de certains enfants dans les établissements scolaires classiques et de continuer à assister l’épanouissement de ceux qui ne pourraient être indépendants.

 

 

  1. La mise en œuvre du renforcement positif,

 

Les classes spécialisées ont été fondés en 2010, opérant sous le même modèle de renforcement positif que celui déjà à l’œuvre dans l’association pour d’autres catégories de personnes défavorisée.

C’est une approche personnalisée qui s’appuie sur le développement des capacités personnelles de chacun selon son rythme.

Les enseignants et l’ensemble des intervenants encouragent l’échange et l’interaction positive entre les élèves. La réussite ne passe pas forcément par des connaissances préalables, mais par une juste compréhension des situations qui permettent de développer la patience nécessaire pour respecter le rythme de chacun et garder un regard positif.  L’apport des parents est d’une grande importance. Ils sont partenaires dans la mise au point du plan de progression personnel de chaque enfant.

Nous avons développé un carnet de compétences personnalisé qui s’ajoute au bilan médical mis à jour chaque mois. De même, des règles de sécurité et d’utilisation de matériel pour les ateliers, complètent les différentes procédures depuis l’accueil jusqu’à la rentrée à la maison.

 

 

  1. Les moyens de l’école spécialisée de Tanayel

 

L'encadrement est assuré par une équipe de 18 éducatrices et thérapeutes (physiothérapie, orthophonie, psychologie, infirmerie, psychomotricité...) 

L’équipe d’enseignement est secondée par une équipe administrative et logistique de 12 personnes.

Nous avons démarré l’école grâce au soutien du Dr. Danielle Pichon, psychologue clinicienne et psychothérapeute.

Sur le plan financier, nous bénéficions du soutien du ministère des Affaires Sociales pour des contrats dits académiques pour les enfants Libanais. Nous assurons les scolarités des non Libanais à travers des projets soutenus par des partenaires (UNICEF…)

 

  1. Quelle évaluation faites-vous aujourd’hui ?

 

Notre plus grand succès réside dans l'intégration d'un enfant au sein d'une école non spécialisée suite à son passage dans notre établissement, et surtout l'appréciation des parents qui constatent l'évolution de l'apprentissage et le bien-être de leurs enfants.

Les objectifs que nous avions au départ sont partiellement atteints mais constamment revus et réajustés selon les besoins du terrain.

Parmi les évolutions, nous constatons que la société est davantage prête à accepter les différences et l’inclusion des personnes handicapées

Le principal défi réside lorsque le jeune a complété son apprentissage, et, arrivé à un certain âge, ne retrouve pas une structure pouvant l’accueillir et participer à son indépendance.

Il faut donc sensibiliser davantage les entreprises privées et le secteur public à l’embauche des personnes handicapées selon leur potentiel.

 

Aussi nous invitons tous les acteurs dans le domaine à partager leurs expériences pour développer le secteur et participer à son évolution.

Notre expérience montre que le contact avec les personnes en situation d’handicap nous apprend à valoriser davantage ce qu’on possède.

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: