Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER Dialogue entre un maître de maison et un résident dont l'argent partait en fumée, La Maison Heureuse, France
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • bouhet
  • p.bouhet@nulllesamisdelatelier.org
  • La Maison Heureuse


Dialogue entre un maître de maison et un résident dont l'argent partait en fumée, La Maison Heureuse, France

  • Vie sociale et quotidienne : Vie personnelle et affective
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par bouhet le 06/08/2010

Dialogue entre un maître de maison et un résident dont l'argent partait en fumée.

Dialogue entre un maître de maison et un résident dont l’argent partait en fumée.

Contexte :

La Maison heureuse accueille 30 personnes fragilisées par un handicap mental ou psychique. Ces personnes bénéficient d’un logement, d’un soutien éducatif, et d’une vie collective conviviale.
La Maison Heureuse est située à proximité de la coulée verte à Châtenay-Malabry, non loin des stations du RER de la Croix de Berny et de Robinson.
La résidence est composée de 18 chambres, 6 studettes et 6 studios. Les personnes qui habitent en chambre participent à la vie collective du foyer. Les personnes en studio mènent une vie autonome et peuvent participer de temps à autre à la vie du foyer, enfin les personnes en studette apprennent progressivement à devenir indépendant tout en bénéficiant au gré de leur besoin de la vie du foyer.

Je suis Maître de maison et je veille au bon fonctionnement des installations techniques de la Maison Heureuse (contrat d’entretien, travaux de rénovations et de réparations) Soit je me charge personnellement des travaux soit je fais réaliser les devis par des entreprises compétentes et je propose des plans d’aménagement au directeur en vue de préparer la décision. D’autre part, tous les soirs de 17h à 19h je m’associe à la vie des résidents dès leur retour de leurs activités journalières. Je travaille avec eux en atelier ou je réalise de petits travaux auxquels ils peuvent participer par le biais d’un travail manuel. (Tonte du gazon, entretien des massifs, arrosage, peinture, décoration intérieure, menus travaux d’entretien…)

Finalités

Lors de ces activités Nuty est présent et son besoin de fumer l’empêche de mener une activité soutenue en atelier car dans ce lieu comme à l’intérieur de la Maison heureuse il est interdit de fumer. Pendant qu’il est à l’extérieur les activités progressent. Tout étonné à son retour, il me dit :
« Pourquoi ne m’avez-vous pas attendu ! »
« Si tu décides de ne plus fumer tu peux rester avec nous durant toute l’activité »
« Non ce n’est pas possible j’ai besoin de fumer »

Quelques semaines plus tard Nuty me donnait l’impression de se délecter à chaque « bouffée » pour le taquiner je lui dis :
« Crois-tu que le tabac te fais du bien ? »
D’un regard étonné il me dit :
« Pourquoi me dis-tu ça »
Depuis plusieurs semaines il feignait d’ignorait ce type de question aujourd’hui le moment propice me paraissait venu pour amorcer une première sensibilité sur la cigarette.
« Nuty sais-tu que le tabac es dangereux pour la santé »
J’ai obtenu pour réponse « ha bon » et d’un regard moqueur il se mit hors de ma présence.

Durant un week-end le tabac lui manque parce que le buraliste où il avait l’habitude de se servir était fermé. Son copain sur qui il comptait dans ces moments était absent. Il est venu vers moi pour me demander du tabac sachant très bien que je ne fume pas.
« Peux-tu me dépanner d’une cigarette »
« Non Muty je ne fume pas »
Il faudrait que tu puisses m’amener -à l’autre extrémité de la ville- pour acheter un paquet de cigarette »

« Muty, chaque fois que j’ai voulu aborder ce sujet avec toi, tu ignores mes propositions, comment peux-tu aujourd’hui me poser une telle question »
« Non, je te jures tu ne m’as jamais rien dit »

Mise en œuvre, déroulement


J’ai donc profité de ce moment pour expliquer que le tabac était nocif pour l’organisme, que cette dépendance pouvait l’entraîner dans une spirale dangereuse et que cette consommation abusive de cigarette désiquilibrait son budget.
« Je te propose d’arrêter de fumer pour diminuer les risques liés au tabac, et surtout économiser ton argent pour l’utiliser à des choses utiles (aménager ton espace de vie, remplacer tes vêtements, acheter de belle chaussure de marche pour ton activité randonnée)
Sa réponse est :
« Combien je vais économiser »
D’un bref calcul j’ai démontré qu’un paquet par jour, durant 365 jours représentait plus de 1800€ d’économie.
Je n’ai pas eu de discussion plus longue ce jour là, mais j’ai senti que cette idée de pouvoir faire des économies le tentait tout en ne sachant pas très bien ou le conduirait cette nouvelle décision. De ce pas, il est allé voir d’autres résidents pour leurs emprunter des cigarettes.

Plusieurs fois il m’a fait dire combien il pourrait économiser s’il arrêtait de fumer. Plusieurs fois il m’a fait calculer combien il avait dépensé ces quinze dernières années de consommation régulière. Plusieurs fois il m’a demandé s’il était atteint du cancer du fumeur.
Sans pour cela réduire sa consommation de cigarettes !

Quelques semaines plus tard, il casse une sangle de son sac à dos et me demande son changement sur le champ car ce sac lui est indispensable. Sa réserve financière ne lui permet pas de faire l’acquisition d’un sac à dos de son choix sur le moment. Très déçu il accepte que je répare son vieux sac et résigné il me demande combien de temps il va devoir attendre pour acheter le nouveau.
Je lui explique qu’il faut informer le tuteur pour qu’il envoie la somme demandée, et que je me rende disponible pour aller avec lui un soir après L’ESAT pour acheter le sac désiré.
D’un air contrit il me dit :
« Je ne l’aurais jamais ce sac alors ! »
Peut-être pas :
«Je te propose une solution plus efficace »
« C’est quoi »
« Tu économises l’argent de tes cigarettes, que tu mets de coté et après quelques jours l’argent de ton sac sera au bout de tes doigts »
Il est revenu en fin de semaine avec quelques euros économisés dans une tirelire souple en forme de « tortue ». Très fier il m’a demandé de compter avec lui la somme économisée sur les paquets de cigarette qu’il n’achetait plus que tous les deux jours. Je l’ai félicité, et voyant que je me prenais à son jeu il m’a promis qu’il économiserait encore plus.
Le sac a pu être remplacé rapidement.

Puis il s’est lancé le défi d’acheter de belles chaussures de marche et peu après un beau manteau.
Les mois passant la consommation diminuait mais ne pouvait pas s’arrêter de lui même. Nous avons donc convenu de rendre visite à son médecin. Celui-ci lui a prescrit un traitement par « patch » pour l’aider à cesser définitivement de fumer.

Evaluation


Avec Muty cette expérience d’une vingtaine de mois a été d’une totale réussite. Voila plus de deux ans qu’il a cessé de fumer et il a gardé l’habitude d’économiser son argent de poche dans sa « tortue » pour se payer un complément de petits plaisirs et de choses utiles en accord avec ses éducateurs. Ah j’oubliais, il ne met plus ses économies dans sa « tortue » mais dans un porte-monnaie car une tirelire en forme de tortue c’est pour les enfants.
Langue d'origine : Français
Anonymous
21/11/2016 10:15
Merci
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: