Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Association d'Hygiène Sociale de Franche-Comté AHS-FC La musique comme moyen d'intégration professionnelle
Pour aller plus loin
Association d'Hygiène Sociale de Franche-Comté AHS-FC
  • 15 avenue Denfert-Rochereau - BP 5 25012 Besançon France
  • 03.81.65.44.44
  • dg@nullahs-fc.fr
  • tik-ds
  • rat_city@nullyahoo.fr
  • VIVRE EN VILLE SAMS


La musique comme moyen d'intégration professionnelle

  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par tik-ds le 05/07/2012

Je suis une jeune "schizophrène paranoïde" qui a réussit à s'insérer professionnellement en encadrant des jeunes en maisons de quartier pour faire du chant et du rap, ma passion!!

JUSTE UNE JEUNE FEMME SCHIZOPHRÈNE QUI COMPOSE ET CHANTE DU RAP ET QUI VOUDRAIT S'INSERER AVEC.Je suis une femme de 26 ans qui a pour passion la musique et l'écriture,j'écris des chansons de rap (conscient) depuis 12 ans.J'ai été diagnostiquée 'schizophrène paranoïde' dès l'âge de 19 ans et cette maladie me met dans la difficulté de m'insérer socialement et professionnellement.Depuis l'adolescence j'avais pour habitude d'aller aux 'ateliers d'écriture chant rap et r&b' dans les maisons de quartier.J'y allais en tant que participante.Les autres jeunes avaient entre 12 et 25 ans.J'ai fais des concerts et enregistré des chansons mais toujours en solo à cause de mes freins sociaux dûs à ma pathologie.L'animateur des ateliers et ses chefs me disaient souvent qu'ils m'auraient bien vue éducatrice parce que j'ai un bon contact humain et que j'ai aidé et aide pas mal de personnes 'à problèmes' que j'ai connues à l'hôpital lors de mes séjours ou à l'extérieur et tout ça sans prendre sur moi ni me faire mal.J'avais 14 ans lors de ma première hospitalisation j'ai dû stopper l'école 1 an et je n'ai pas pu bien reprendre les cours.J'ai quand même eu mon B.E.P.'Carrières Sanitaires et Sociales

UNE SCHIZOPHRÈNE QUI VIT DE SA PASSION LA MUSIQUE EN ENCADRANT DES JEUNES EN MAISONS DE QUARTIER. En prenant de l'âge et en m'améliorant dans le milieu de la chanson j'ai eu envie d'encadrer les autres jeunes car ce n'est pas toujours évident pour eux de mettre des mots sur les expériences vécues surtout pour ceux qui viennent de quartiers difficiles et défavorisés sur le plan culturel encore plus que sur le plan matériel.Cette envie (et rêve) s'est concrétisée.Je pense que c'est important que je vous dise que dans les maisons de quartier personne n'est au courant que je suis 'schizophrène'.On attendait donc de moi que j'encadre les jeunes:leur donner le sens de l'assiduité, la concentration, dans l'effort (l'attention,l'échange et le respect entre eux et envers moi).Il fallait que je choisisse les thèmes d'écriture et les faire répéter pour les concerts,les ramener à de l'écriture consciente et respectueuse.Je choisissait souvent comme support de textes les journées à thème(journée contre le racisme, journée de la femme etc..).J'aimais travailler!J'ai eu besoin de gérer des mineurs aux tendances envahissantes et qui empêchaient les autres de s'exprimer.Et tout s'est bien passé.

UNE JEUNE SCHIZOPHRÈNE TRAVAILLE PENDANT UN AN ET PASSE A L'ACTION: SON GROUPE DE JEUNES CHANTEURS ENFIN SUR SCÈNE! Il n'y avait aucun problème à résoudre pour moi quant à la mise en place de mon travail car tout s'est passé dans la continuité des choses, j'ai donc pris la place de l'ancien animateur qui m'a accompagné à l'atelier (que j'animais) pendant mes premières séances pour m'aider un peu et pour voir si tout se passait bien. Il m'a confié que je serai plus apte que lui à s'occuper des jeunes. J'ai travaillé pendant 1 an. Je n'ai pas été formée pour mon travail, ma directrice m'a dit (comme on me le dit souvent) que j'avais le rythme des chansons rap et chant r&b dans la peau et que j'accomplissais très bien mon devoir, que j'encadrais bien les jeunes et qu'une fois sur scène dans les concerts proposés par la ville ils faisaient de très bonnes prestations. Personnellement j'écris des chansons tous les jours et j'ai sorti mon premier album (solo) l'année dernière dans ma ville Besançon et sur Internet.

UNE JEUNE SCHIZOPHRÈNE RÉUSSIT A CRÉER UN STUDIO DANS UNE MAISON DE QUARTIER POUR LES JEUNES QU'ELLE ENCADRE. Malheureusement je n'ai travaillé qu'un an car mon poste a été supprimé. Il faut dire que j'ai été embauchée par la mairie qui n'apprécie guère le rap et ne le soutient pas. J'avais demandé à ma directrice si c'était possible d'obtenir un financement afin de créer un studio dans une maison de quartier et de faire venir un professeur de chant pour des cours de chant une fois par semaine car la plupart des jeunes avaient choisi de chanter et non pas de rapper. Je n'ai pas obtenu à avoir la venue un professeur de chant mais j'ai réussi à faire créer un studio et les jeunes étaient très contents. Maintenant je ne travaille plus mais je continue à enregistrer chez moi bénévolement quelques adolescents très motivés comme je compose toujours moi aussi.

UNE BELLE EXPÉRIENCE LE SEUL TRAVAIL QUI NE M'A PAS POSÉ DE PROBLÈMES MALGRÉ MON HANDICAP. Quand on a un handicap (comme moi par exemple) et qu'on rencontre des difficultés dans la vie de tous les jours, quand on n'est pas épanoui socialement le travail peut représenter une angoisse ou un obstacle de plus sur notre chemin. Personnellement je touche l'AAH et le complément de ressources mais j'ai quand même essayé de travailler et à chaque fois ça se soldait par un échec. Il n'y a que le travail des maisons de quartier qui m'a plu, et plus que ça, qui m'a donné des aîles. Je n'ai pas trouvé de difficultés. Je conseille à toute personne de faire un travail qui lui plaise car c'est important. Pour ma part je ne regrette pas cette expérience et la conseillerai à tous les mélomanes.

Concours: Concours HANDIPARTAGE 2012
Langue d'origine : Français
Mots-clés associés :
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: