Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Une classe pas comme les autres,


Une classe pas comme les autres,

  • Enfance : Intégration scolaire
  • Europe : France
  • Témoignage

Par Claudine Blancou le 04/05/2014

Un extrait du livre de Claudine Blancou :

Audrey – je m’en souviendrai toujours – alors que nous sommes en pleine dictée se tourne vers moi et me dit sur un ton chevrotant qui implore ma pitié : « Claudine, je ne peux pas… Je ne peux pas… » Sous entendu : « N’oublie pas que je suis trisomique. » Et moi, inflexible, de lui répondre : « Je ne veux rien savoir. Tu peux, et je continue à dicter… » Elle replonge dans son cahier. Et là, pendant quelques secondes le doute me saisit. Je me remets en question : « Au nom de quoi, je me montre intraitable de la sorte envers cette petite qui est handicapée ? » Avec le recul du temps et au vu des progrès énormes qu’elle a réalisés, je me dis que j’ai eu raison de me fier à mon intuition et de ne pas me laissant apitoyer. Aujourd’hui, elle a un boulot, elle fait partie d’une troupe théâtrale dans laquelle les acteurs sont trisomiques hormis quelques uns, elle a un chéri porteur du même handicap et qu’elle présente comme le garçon le plus formidable du monde. Une intégration dans la société réussie.
            Les enfants trisomiques, comme ceux qui sont autistes, nous devons les pousser et les stimuler aussi longtemps que le champ de leurs possibilités s’ouvre devant nous. Le problème est que l’ouverture sur le « encore possible » ne se fait pas de manière continue. A de longs temps morts qui nous laissent penser que nous avons atteint la limite, succèdent des avancées soudaines qui confirment que nous n’avions pas semé en vain malgré l’absence prolongée de résultats.

 

Ayant reçu dans sa classe une fillette trisomique  et un garçon autiste, une institutrice se passionne pour l’intégration des enfants « différents » en milieu scolaire ordinaire.

Avec l’appui d’un inspecteur et le soutien de collègues qui la soutiennent, elle va conduire un projet pilote de classe dite « d’accueil » dans laquelle, à vingt élèves, se joignent quatre enfants porteur de handicap. Facteur d’épanouissement pour chacun, cette classe éveille les premiers au sens de la solidarité et au respect de la différence, tandis quelle amorce pour les seconds, qui progressent au contact de leurs camarades, une intégration dans la société. Mais alors que les parents d’élèves demandent une reconnaissance officielle de cette classe, garantissant sa pérennité, arrive un nouvel inspecteur qui, lui, ne semble pas acquis à la cause…
 Parce que, contrairement aux préjugés tenaces, il n’est pas vain de chercher à instruire les enfants porteurs de trisomie ou présentant des troubles envahissants du développement, et que leur scolarisation en école publique reste encore trop marginale, Claudine Blancou, aujourd’hui à la retraite, livre ici son témoignage.

2ème édition de l'ouvrage, chez Desclée de Brouwer

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: